Le Fond du Paysage Photos, voyages et autres...

"Zones humides" de Charlotte Roche

Blaise Emmanuel
Hier soir je me suis fait le documentaire de Arte sur le livre à scandale vendu à plus d'un million d'exemplaires en Allemagne l'an passé. Je ne sais pas si je lirai le livre de Charlotte Roche, bien que faisant partie de la catégorie des 20% statistiques des acheteurs du livre (hommes de plus de 50 ans, les 80% restant étant à peu près des jeunes filles essentiellement), mais en tout cas j'ai adoré le personnage de l'auteur. Elle est jolie et drôle! Je n'ai pas forcément envie de tout connaître sur la masturbation féminine - ça ne me regarde pas vraiment...

Le livre choque. Il dit des choses qu'on sait mais-qu'on-ne-dit-pas. Ce n'est pas un livre érotique, tous les commentaires vont dans ce sens. Ce serait plus un livre clinique, médical, technique... où Charlotte décrit en long et en large les goûts de l'héroïne de son roman pour les odeurs de TOUTES les sécrétions des zones humides du corps des femmes et des hommes. En toute crudité. Dans certains passages, elle n'hésite pas à décrire dans les détails comment elle met un peu de ses sécrétions vaginales derrière le lobe de son oreille pour attirer les mâles, à nettoyer les lunettes de WC des stations service d'autoroutes avec les lèvres de son sexe, à garder soigneusement sous son ongle une peu du sperme de l'homme qu'elle a branlé pour le laisser sécher afin de le manger plus tard comme un délicieux bonbon. ... Vous suivez? Si ça vous intéresse, vous pouvez regarder cette émission  en différé sur votre ordi, mais attention: Pour des raisons relatives à la protection des enfants et des adolescents, ce programme ne sera disponible tous les jours sur ARTE +7 qu’entre 23:00 heures et 05:00 heures du matin *.

Vous vous demandez pourquoi je publie ce com? Et bien parce que ça m'a passionné et ça a mis en mots toute une série de réflexions que je me fais depuis longtemps autour de la sociologie des genres. Une fois je m'étais dit que les sociétés se constituent sur le socle que la division des rôles entre hommes et femmes. Cette division engage une certaine représentation idéelle de ce qu'est une femme, de ce qu'est un homme. Le livre de Charlotte Roche nous rappelle et nous révelle à quel point la vision que nous avons de notre corps est aliénée par ce socle. Elle nous livre ainsi, semble-t-il un souffle révolutionnaire, le ferment d'une révolution dans la révolution féministe. Une révolte contre l'image obligatoire de la femme, contre l'idéel de la femme qui est celui de l'adolescente de 14-18 ans, celle que l'on voit dans toutes les publicités de tout et n'importe quoi (à part les produits ménagers. Les militantes de mai 68 s'étaient déjà révoltées contre les soutiens-gorges, contre l'épilation, contre les produits de beauté, contre la permanente, contre leurs mères qui leur avaient dit qu'il fallait souffrir pour être belle.

Mais ici, semble-til, Roche descend nettement plus loin dans le fond de la culotte que la génération de sa mère. Le livre, tel qu'il est présenté par ce reportage, a l'air d'être une vibrant rappel à notre conscience de notre propre animalité. Ce qui ne peut laisser indifférent.

Existe-til une Charlotte Roche au masculin? - Si c'était le cas on le saurait; et si il existait et qu'il avait écrit une "zone humide" au masculin, aucun éditeur ne l'aurait publié... Au total on a à faire ici à une grosse opération littéraire et financière. Qui a le mérite de faire parler de nos réalités naturelles. Les magazines féminins en font la une et l'éditeur de la version française a ouvert un blog :


 je vous suggère aussi  ça, ça va un peu dans le sens...

15 novembre 2010
Hier, par un dimanche humide, cet article a été téléchargé 500 fois. Pour cause, Charlotte Roche vient de proposer une nuit d'amour au président allemand pour sortir du nucléaire. La politique vraiment autrement...
* L'émission d'Arte mentionnée ici est désormais disponible en 3 parties sur Daylymotion:

Commentaires

M'zelle Ch0c' 07/03/2009 22:02

ahh oui, quand même :on'empêche, tant qu'à dire les choses, faut les dire à fond... merci d'être passé par mon blog :)